La punaise : un insecte caché

Il est parfois imprudent de juger quelqu’un sur sa taille. Les punaises ressemblent à de petits confetti rougeâtres, mais les ennuis qu’elles font à l’homme et aux animaux sont tout à fait disproportionnés aux dimensions des responsables.

Les punaises se meuvent rapidement. On a découvert qu’affamées, elles étaient capables de parcourir 30 cm à la minute. Proportionnellement, pour courir aussi vite, l’homme devrait faire du 275 km/h et maintenir ce rythme pendant quatre heures d’affilée.

L’été est la saison de grande activité des punaises. Cachées dans les herbes et les mûriers, elles attendent en foule que passe homme ou animal. Une fois sur la peau, elles ont le choix entre deux attitudes : ou elles font un voyage d’exploration, ou elles s’enfouissent là où elles ont atterri. Une surface lisse, que rien ne vient ni ceintures, ni jarretelles, ni interrompre semble éveiller en elles vêtements serrés l’esprit d’aventure. Peut-être, a dit un jour quelqu’un, parce que le spectacle d’une si vaste étendue de chair savoureuse les excite au point qu’elles éprouvent d’abord le besoin de manifester leur joie ! Par contre, lorsqu’elles trouvent la route barrée, elles s’empressent de creuser leur tunnel.

La bouche de la punaise porte un organe spécialement conçu dans ce but. L’insecte ne mâche ni ne s’enfouit sous la peau. Il choisit un bon emplacement — souvent à la base d’un poil — et perce la peau, après quoi il injecte un fluide similaire à celui du moustique. Ce liquide « désintègre » ou prédigère quelques cellules de l’épiderme. C’est lui qui provoque cette sensation de brûlure, préliminaire à une démangeaison intense. Peu de temps après apparaît la « marque de une petite enflure rouge : fabrique » de la punaise.  Proportionnellement à la taille de l’insecte, il s’agit là d’une véritable montagne. Pour réaliser un exploit semblable, l’homme devrait faire surgir de terre une colline de cinquante mètres de hauteur.

Quoique la punaise soit une fautrice d’insomnies et une agitatrice professionnelle, on ne la croit pas capable de transmettre des maladies à l’homme. Selon les savants, la seule chose que risque une personne piquée par une punaise, c’est de provoquer une infection en se grattant.

Quelques pincées de poudre insecticide ordinaire sur les pieds, les chevilles et les mollets ou dans les chaussures, les bas, les jambes de pantalon protègent provisoirement contre les punaises. Un bon bain au savon après une excursion dans leur territoire préviendra enflures et démangeaisons.

La punaise fait partie du groupe des arachnides, dans lequel on compte également les araignées, les tiques et les scorpions.

Comments are closed.