Donner un médicament à son chien

La prise de médicaments est un moment aussi désagréable pour le chien qu’il l’était pour nous, enfants. Lorsqu’on s’approche de lui avec des mots gentils et un produit étrange qui ne ressemble absolument pas à une friandise, il devient méfiant.

Un conseil pour les maîtres devant donner un médicament ou faire une piqûre à leur chien, qui peut alors perdre confiance en son maître : le chien associe le picotement, la démangeaison ou la douleur comme venant directement de la main de son maître et cela, même si c’est pour le soigner. Il interprète donc que la main doit être quelque chose de mauvais. C’est ainsi qu’apparaît parfois une méfiance excessive et durable là où auparavant régnait une confiance totale.

Pour éviter que le chien ne recrache le médicament

Trompé la première fois alors qu’il était en confiance, le chien ouvrira difficilement la gueule par la suite malgré les bonnes paroles et les gestes doux. Le seul moyen d’y parvenir est de saisir les babines afin que le chien ne morde pas par peur.

Il n’aime pas se mordre les babines. L’introduction rapide du médicament doit éviter un stress inutile. Parfois, le chien recrache le médicament ! Pour éviter cela, massez légèrement sa gorge pour déclencher la déglutition.

Les chiens ne peuvent pas savoir qu’on leur veut du bien. Vous pouvez rétablir la confiance de deux façons. La première est la moins bonne : seul le vétérinaire ou une autre personne que le maître administre les traitements.

Ainsi, le chien ne fait pas porter la responsabilité au maître. Mais ensuite, il se méfie de la personne choisie alors que le maître pourrait en avoir besoin pour l’aider. La deuxième façon est de calmer votre chien avec une voix douce et de le caresser sans le forcer ni le retenir brutalement pendant que vous lui administrez les médicaments. Cela évitera que le chien ne se sente attaqué par derrière. Le principe est de toujours donner une récompense après, afin de lui « faire avaler la pilule ». La fois suivante, le chien se rappellera la façon dont son maître l’a traité. Cela est également vrai pour ses expériences chez le vétérinaire.

Comments are closed.